Musique et jeux vidéo : Yoko Shimomura

Qui suis-je
Steven L. Ken
@stevenlken
Auteur et références

Petit spécial consacré à la musique de la « pianiste d'Osaka », Yoko Shimomura : elle qui imprégnait les jeux vidéo d'une vive virtuosité

Nous avons parlé de la musique et des jeux vidéo avec le génie volcanique des Pouilles de Caparezza (et nous l'avons refait avec Akira Yamaoka), et maintenant nous en profitons pour faire le contraire avec Yoko Shimomura. Louez-le avec notre critique de Kingdom Hearts: Mélodie de la mémoire c'était amusant, mais aussi un euphémisme. Nous le connaissons généralement pour deux séries, à savoir le croisement susmentionné entre Disney et Square-Enix et la série Alphadream, aujourd'hui malheureusement disparue, Mario et Luigi. Pourtant, l'inspiration de l'artiste a touché bien plus de jeux qu'on ne le pense : découvrons son parcours, fait de virtuosité virtuelle et de virtuosité.



Virtuos du curriculum

classe 1967 (19 octobre, pour être exact), Yoko Shimomura aimait la musique depuis avant même que les jeux vidéo n'existent. A l'âge de "quatre ou cinq ans", il commence à prendre des cours de piano. Jouant presque (et apparemment) au hasard, il commence à composer ses propres premières œuvres. Selon elle, l'artiste se souvient encore par cœur de sa première composition. La prochaine étape, l'inscription à un conservatoire, c'était un passage obligé : le choix s'est avéré gagnant en 1988, lorsque leCollège de musique d'Osaka lui a décerné un diplôme bien mérité.

Cette année-là, cependant, le secteur du jeu vidéo existait et le musicien était déjà l'un de ses premiers supporters. L'idée était d'enseigner la musique à tour de rôle, mais la passion « était galeotta » assez pour envoyer des échantillons à toutes les jeunes entreprises alors à la recherche de talents. C'était le flair musical de Yoko à saisir Capcom, qui lui a offert un emploi à la suite d'une audition. Contrairement à ce que l'on pourrait supposer, même le Japon voyait mal le monde du jeu vidéo, en son temps : les membres de la famille et les enseignants ne pouvaient pas comprendre le choix, mais la fille s'en fichait. Et nos oreilles vous remercient.



Shimoryuken – Musica & Videogiochi : Yoko Shimomura

Travaillant pour Capcom, Yoko Shimomura a signé plus de seize bandes originales : le premier des jeux vidéo sur lequel il a travaillé est le peu connu Épée de samouraï en 1988 (ci-dessous), mais bientôt la musique du pianiste d'Osaka deviendra beaucoup plus reconnaissable. On ne parle pas "seulement" de Quête de gargouille, un spin-off Game Boy de Ghosts 'n' Goblins mis en musique avec son collègue Harumi Fujita, mais par nul autre que Street Fighter II: Le guerrier du monde. Le thème emblématique de Ryu, la chanson qui "va avec tout" dédiée à Guile et bien d'autres classiques doivent leur existence au même flair musical de Kingdom Hearts.

En parlant de Squaresoft, c'était juste après avoir déménagé dans la division arcade de l'ancien Capsule Computer pour travailler sur la bande originale de Street Fighter II et après avoir rejoint le groupe de musique Capcom, Alph Lyla, que l'auteur a transmis au géant du jeu de rôle. L'idée de base était tout de suite de composer des chansons avec un son plus proche de la musique classique, mais seulement Breath of Fire lui a donné la chance de le faire sous l'aile de l'éditeur précédent. Il aurait été difficile de se démarquer dans une maison de logiciels qui vantait déjà le talent de Nobuo Uematsu, mais pour Yoko c'était déjà...

Toutes les autres musiques - Musique et jeux vidéo : Yoko Shimomura

L'ambitieux (surtout pour 1994) Vivre en vie c'était le premier des jeux vidéo de Square dont Yoko Shimomura a pu composer la musique. L'année suivante, la pianiste se met au travail sur sa première bande originale pour le Big N Plumber avec Super Mario RPG: Legend of the Seven Stars (développé par Square). On lui a demandé de composer des chansons avec Noriko Matsueda pour le jeu de stratégie futuriste front Mission, mais elle a essayé de s'en sortir.



Malheureusement, bien que ce ne soit pas dans ses cordes, sa tentative d'abandon s'est produite en présence du président de Squaresoft de l'époque, Tetsuo Mizuno. Le changement générationnel des consoles l'a amenée à écrire pour divers titres PlayStation, dont Tobal no. 1, Parasite Eve et Legend of Mana. Cependant, ce qu'elle considère elle-même comme son propre tournant s'est produit en 2002 : le premier Kingdom Hearts. Après le succès (en partie inattendu) du grand classique de la PlayStation 2, la percée de Yoko a été professionnelle mais aussi personnelle : la maternité l'a amenée à quitter Square et à travailler comme pigiste.

Attention aux champignons forestiers - Musique et jeux vidéo : Yoko Shimomura

En tant que pigiste, Yoko Shimomura a pu revenir dans la franchise la plus connue de Nintendo en 2003 avec la première d'une longue série (et, malheureusement, terminée pour l'instant). Parlons de Mario & Luigi: Saga Superstar pour la Game Boy Advance, où l'artiste a également dû adapter son flair au haut-parleur limité de la console. Il était encore plus difficile de réécrire de nombreuses chansons déjà composées pour le premier Kingdom Hearts en vue de la suite/spinoff pour la console portable des merveilles, Chaîne de souvenirs. Néanmoins, l'auteure a su garder son style intact (ne choisir que dix chansons de la saga dans notre classement était un véritable exploit).

Au niveau de la carrière, on peut aussi fermer ici ; en dehors de Kingdom Hearts et Mario & Luigi, la seule grande nouvelle dans le programme de l'auteur était le grand succès de Final Fantasy XV. Les autres grands tournants de carrière avant ce point, selon Shimomura elle-même, étaient Street Fighter II (pour des raisons évidentes) et Super Mario RPG : Legend of The Seven Stars. Son travail l'a amenée directement au panthéon des compositeurs de jeux vidéo les plus connus, avec un programme de plus de quarante-trois jeux vidéo. Son inspiration transcende désormais le seul monde des consoles.



Live Live Music - Musique et jeux vidéo : Yoko Shimomura

L'artiste est l'une des rares figures du monde du jeu vidéo à se vanter de son propre album "Greatest Hits" pour sa musique, intitulé Drammatica : le meilleur de Yoko Shimomura. Cette compilation, datant de mars 2008, contient des chansons de Kingdom Hearts et plus mais réarrangées pour la première fois par un véritable orchestre. Dans une interview la même année, le pianiste d'Osaka commente la possibilité d'un concert live, et c'est ce qui s'est passé avec l'Orchestre Philharmonique de Stockholm en août 2009, avec le chef d'orchestre Arnie Roth à la baguette.

Non seulement cela, un mois plus tard, le même chef d'orchestre a dirigé un autre concert de la série Fantasmes Symphoniques. Le thème de l'écran titre de Legend of Mana a également fait l'objet d'un concert, en 2007, pour l'événement australien A Night in Fantasia. Revenant à ses origines de pianiste, Yoko Shimomura a également sorti des arrangements pour piano pour Legend of Mana et Kingdom Hearts. Dans le cas de cette dernière saga, quatre chansons des deux albums Collections de piano apparaissent dans Melody of Memory en tant que pistes supplémentaires. À l'occasion, l'auteur a également exploré la musique grand public, à commencer par l'album murmure de 2007.

Doremi vous fait voler - Jeux vidéo & musique : Yoko Shimomura

Le monde de l'enregistrement, pour les musiques de jeux vidéo, représente encore une niche, mais dans ce domaine Yoko Shimomura n'a pas manqué de chance. Éditions musicales DOREMI, une maison de disques japonaise, a collecté la bande originale de Legend of Mana à laquelle nous avons fait allusion plus tôt ; également issues de la série World of Mana, les deux compilations Seiken Densetsu Best Collection Piano Solo Sheet Music sont nées. Toutes les chansons ont été réécrites par Asako Niwa, et bien que fidèles aux originaux, ils sont destinés à être joués par des pianistes débutants et des talents de niveau intermédiaire.

Le premier concert hors du Japon entièrement dédié au talent de l'artiste a eu lieu à Paris et à Mexico en novembre 2015. En septembre suivant, certaines de ses premières chansons pour Final Fantasy XV (une avant tout la poignante Dormir) ont été joués parOrchestre philharmonique de Londres (dont les fans de John Williams se souviendront de Star Wars) aux studios Abbey Road (les Beatles) dans la capitale anglaise et à Boston. Dans ces derniers cas, Shimomura jouait elle-même du piano en personne (image ci-dessus).

Influences externes que « Sora a élevé les vôtres » - Musique et jeux vidéo : Yoko Shimomura

I mentors, si l'on veut dire, de Yoko Shimomura dans l'art que le pianiste a apporté au monde des jeux vidéo ne représentent pas que des influences. Sur son site personnel, l'artiste fait allusion à Ludwig van Beethoven, Frédéric Chopin et Maurice Ravel. De plus, Yoko a déclaré qu'elle aimait le "jazz de style lounge" depuis aussi longtemps qu'elle se souvienne : être Bien-aimé, la mélodie des écrans-titres de la saga Kingdom Hearts, sa chanson préférée qu'elle ait jamais composée, on ne peut qu'imaginer à quel point elle était heureuse de combiner les deux pour Melody of Memory.

Malgré ces influences, l'auteur ne s'est jamais refusé errer dans les genres rock, électronique, oriental, atmosphérique, pop, symphonique, opéra, chiptune et plus. Tout ce qui la touche émotionnellement peut devenir partie intégrante d'une de ses chansons, selon elle. Même s'écarter de la routine avec un voyage peut inspirer, façonnant un style en constante évolution sans jamais perdre la même passion qui l'anime depuis des années. Pour elle, le message de la musique doit être simple, mais malgré cela (ou précisément pour cette raison) il doit laisser une empreinte indélébile sur l'auditeur.

Dramatiquement addictif

L'influence créative de Yoko Shimomura dans la musique de jeux vidéo, comme pour tout grand artiste, pour "l'effet Simpson" est aussi évidente à partir de la parodie. En effet, la chaîne YouTube du groupe reconnaît son talent SiVvunner, qui a rassemblé les nombreuses réinterprétations des pièces (ou du style, selon les cas) par le pianiste d'Osaka dans la collection Il Settimo Grande Padre. C'est une sorte d'équivalent vidéoludique d'un rôle de guest star sur Sesame Street, et le phénomène s'est répété de manière plus "officielle" avec les nombreuses contributions de l'artiste à la série. Super Smash Bros., à commencer par Brawl pour Wii.

Du piano sous les doigts à cinq ans au réarrangement de Cosmo Canyon de Final Fantasy VII pour l'arrivée de Sephiroth dans Smash, en passant par les humbles débuts avec Samurai Sword et l'opéra le plus connu pour Street Fighter II, Kingdom Hearts et Mario & Luigi, la polyvalence du grand artiste ne manque certainement pas. On pourrait lister chaque contribution, chaque bande originale et ce ne serait toujours pas suffisant pour lui rendre justice. Bien sûr, nous sommes confrontés à l'un des grands noms de l'industrie qui élèvent l'accompagnement musical au-dessus des sons électroniques auxquels le monde du jeu vidéo a toujours été injustement associé.

A vous maintenant de nous dire le vôtre : que pensez-vous de ce grand artiste ? Faites-nous savoir ci-dessous, et comme toujours, n'oubliez pas de rester sur techigames pour toutes les nouvelles les plus importantes pour les joueurs et plus encore. Pour vos besoins purement gaming, vous pouvez à la place trouver les meilleures remises au format numérique sur Instant Gaming.

ajouter un commentaire de Musique et jeux vidéo : Yoko Shimomura
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.