« TorinoXXL ! » : une histoire de fantaisie et de censure

Qui suis-je
Steven L. Ken
@stevenlken
Auteur et références

Avez-vous déjà imaginé faire un ensemble Monopoly dans votre ville ? Un groupe de jeunes turinois l'a fait, ça s'appelle TorinoXXL !

Oui, Turin se vante de la présence d'un jeu de société, basé sur le Monopoly classique, avec un thème de ville, avec des rues, des musées, des stades, etc.. A ce titre, c'est facile à expliquer pour ceux qui connaissent déjà Monopoli, il est accessible à tout âge et même avoir un grand tableau de bord est XXL, voire TorinoXXL !.


Un peu d'histoire…

En 2017, SRL Torinopoli, créateur du jeu de société du même nom, s'est impliqué avec nul autre que Hasbro. Raison? Le jeu Torinopoli était trop similaire au Monopoly, à la fois pour certaines dynamiques et pour le suffixe -poli. Afin de ne pas rater le surnom de "bogia nen" qui désigne les Piémontais comme typiquement têtus et déterminés, les garçons de Torinopoli ont fermé la production à la deuxième édition (8500 cartons vendus en 6 mois)... Pour recommencer ensuite avec TorinoXXL !, où XXL ! c'est précisément la censure de –poli.


En réalité, un épisode similaire s'était produit dans un tout autre domaine : en 2009, la chaîne de restauration slow/fast food de Rivoli (TO), Mac Bun (qui signifie « seulement bon » en piémontais) a perdu le procès contre McDonald's en raison de la similitude du nom. Depuis, le nom écrit est devenu M**Bun...

En tout cas, aujourd'hui seul TorinoXXL!est sur le marché, dont les règles générales suivent celles de Monopoli…

Les caractéristiques du TorinoXXL !

  1. Les couleurs de la ville, jaune et bleu, se répètent sur les dés, les cartes et les maisons (jaune) et les hôtels (bleu) ;
  2. Les terrains sont, bien entendu, les rues de Turin, par ordre de prestige et regroupées par couleurs, sur 48 cases sur un très grand plateau ;
  3. Jusqu'à 10 joueurs peuvent participer ; les pions représentent les éléments typiques de Turin : la Pastiglie Leone, le toret (fontaine typique en forme de tête de taureau), le gianduiotti, la bagna caoda, le Mole Cola (un cola produit à Turin)...
  4. L'argent est dit vendu (coupures de 1, 10, 100 et 500) et quatre personnages liés à la ville sont représentés : le comédien Macario, le soldat Pietro Micca, Camillo Benso, comte de Cavour, l'avocat Gianni Agnelli ;
  5. L'Inattendu et les Probabilités s'appellent Lu savia nen et A's sa mai, c'est-à-dire Non lo sapevo et Non si mai know, avec des références à la ville et aux devises en piémontais ; en plus, il y a le jeu de cartes La Stampa, pour lire les nouvelles du jour ;
  6. Il est possible d'acheter les deux terrains de sport puis d'y construire, en option, le stade de Turin ou Juventus (et récupérer les entrées); vous pouvez également acheter la société de basket-ball Aide de Turin;
  7. Une fois les maisons puis les hôtels construits, il est possible de construire l'hôtel 5 étoiles Principi di Piemonte (où tout le monde ne peut pas se permettre de séjourner...) ;
  8. Il est possible d'acheter quelques activités commerciales dans la ville (sponsors du jeu) et de gérer les musées de la ville : le musée égyptien, le musée national du cinéma, le palais royal de Venaria Reale et les musées royaux.

Ces éléments et un peu d'esprit de clocher ont fait le succès de TorinoXXL !, dont l'idée d'un "monopole citoyen" a été ravivée dans Bolognando, un jeu dédié à Bologne ...



Et vous? Connaissez-vous d'autres réalités territoriales des jeux de société ?

ajouter un commentaire de « TorinoXXL ! » : une histoire de fantaisie et de censure
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.