Revue Omensight : un mauvais présage

Qui suis-je
Steven L. Ken
@stevenlken
Auteur et références

Spearhead Games revient après Stories : The Path of Destinies avec la suite spirituelle Omensight : auront-ils réussi à faire un saut qualitatif, ou seront-ils mal tombés ? Découvrons-le dans notre revue

Spearhead Games est une aventure assez récente. L'équipe de développement indépendante se présente au monde en 2013 avec Tiny Brains, un puzzle-plateforme avec une dérive coopérative. En 2016, il est relancé avec l'action-aventure Stories : The Path of Destinies : un jeu qui n'a rien d'exceptionnel mais bien pensé et surtout amusant. À partir d'aujourd'hui, le 15 mai 2018, ils rendent Omensight disponible sur PlayStation 4 et PC (Steam), une suite spirituelle à leur travail précédent.



Auront-ils fait un pas en avant ou ont-ils glissé en chemin ?

Omensight : horreur vacui | Revoir

Nous sommes sur les terres d'Urralia, un monde magique où des clans d'oiseaux règnent sur le royaume de Pygaria. Avec les clans des chiens et les clans des chats, l'empereur Indrik soumet de force le royaume de Roditoria, patrie des clans de rongeurs. Mais la guerre est le moindre des problèmes : la prêtresse-sans-dieu est morte et son âme est mystérieusement dispersée. Le Vide, une entité dont le seul désir est de tout détruire, est désormais libre d'engloutir toute la Création.

Nous sommes le Herald, un être mystique qui apparaît lorsque le monde touche à sa fin. Notre tâche est de voyager dans le temps, de revivre plusieurs fois le dernier jour d'Urralia, de découvrir ce qui est arrivé à la prêtresse et d'arrêter le Vide. À chaque nouvelle aube, nous pourrons suivre l'un des quatre personnages, figures centrales du conflit entre les royaumes et profondément lié à la prêtresse.

A chaque répétition, nous aurons accès à de nouveaux indices (qui suggéreront quel personnage est le mieux à choisir ensuite), nous apprendrons à débloquer des sceaux (qui défendent à la fois les petits extras et les zones de l'intrigue) ou nous obtiendrons un Omensight, un Une vérité qui nous permettra d'influencer nos camarades et d'obtenir d'eux de nouvelles informations.



Omensight : Des pouvoirs cosmiques incroyables | Revoir

Au-delà de l'intrigue, ce à quoi nous sommes confrontés est une action-aventure plus linéaire que prévu. Même si narrativement on est libre de rejoindre les différents personnages dans l'ordre que l'on préfère, une fois sur le terrain il faudra faire plus ou moins toujours la même chose : passer d'une bataille à l'autre sans rien casser le rythme.

Le système de combat se concentre sur des combos d'attaques légères et lourdes, d'esquives et de pouvoirs spéciaux. Attaquer des ennemis, sans être touché à son tour, chargera une barre qui nous permettra de tirer des orbes d'énergie ou d'éliminer un ennemi en un seul coup. De plus, nous aurons d'autres capacités qui nécessitent un temps de recharge après utilisation : nous pourrons ralentir le temps (pour les ennemis), faire de gros coups ou saisir et lancer des adversaires et des objets.

L'idée de Spearhead Games est que le joueur exploite les capacités du Harbinger pour créer des combinaisons de pouvoirs. Par exemple, il est possible de ralentir le temps de manière à tirer une balle magique sur une colonne qui s'effondre et d'atteindre un baril explosif à lancer sur l'ennemi qui est sur le point d'être écrasé afin d'infliger beaucoup de dégâts en un instant . Malheureusement, la situation que je viens de décrire résume presque toutes les interactions et combinaisons possibles entre pouvoirs, environnement et ennemis.

Bien que le système d'esquive, de combos et de pouvoirs puisse être fluide de temps en temps (i.e. lorsque la caméra contrôlée par le jeu ne décide pas de cacher des ennemis et une partie de l'arène de combat), dans l'ensemble, nous sommes confrontés à un système de combat limité. Les adversaires sont de très peu de types et combattre l'un ou l'autre ne fait pas beaucoup de différence. Les coups spéciaux se chargent lentement et nous ne pourrons pas trop les exploiter : permettre au joueur d'utiliser les attaques magiques plus fréquemment aurait certainement rendu les combats plus amusants. Les boss aggravent aussi la situation : répétitifs, basés sur des mécaniques ennuyeuses et tout de même. Entre un combat et l'autre il va falloir sauter partout (mais le jeu ne devient jamais un jeu de plateforme), ramasser quelques extras (placés à la vue, il n'y a jamais à explorer) et écouter notre allié qui nous dit quelque chose (en anglais, avec sous-titres espagnols).



Omensight : dans un tout petit espace de vie | Revoir

À la fin de notre journée (c'est-à-dire une phase pouvant aller jusqu'à 30 minutes), nous retournerons dans un hub où nous pourrons dépenser de l'EXP et de l'ambre, deux devises qui s'obtiennent en combattant et en ouvrant des coffres. L'EXP nous permet de débloquer les capacités de base du Harbinger dans un ordre défini, tandis qu'Amber nous permet d'acquérir des améliorations passives de notre choix : plus de vie, plus de dégâts, une recharge de puissance plus rapide, etc.

Une fois cela fait, repartez de zéro : nous choisirons un compagnon et revivrerons à nouveau le dernier jour d'Urralia. La répétition à la base d'Omensight devient vite répétitivité: le jeu se compose de seulement quatre zones, presque identiques les unes aux autres et de petite taille. De plus, les niveaux sont visuellement peu inspirés : quelques chemins entre arbres et constructions en pierre, avec seulement des variations de couleurs minimes pour limiter la sensation de copier-coller. Les graphismes en cel sont techniquement valables, mais artistiquement, il y a de nombreux pas derrière le travail précédent de Spearhead Games. La bande-son est discrète, mais elle ne restera pas dans votre cœur.

Même l'intrigue subit le poids de cette répétitivité : l'intrigue s'articule autour de trois Omensights, à découvrir en passant d'un personnage à l'autre dans un ordre précis. Chacun d'eux révélera de nouveaux indices qui nous permettront d'avancer dans l'intrigue, mais le récit est beaucoup plus serré que ce à quoi on pourrait s'attendre d'un "Meurtre Mystère" tel qu'il a été défini par les créateurs. De plus, le Harbinger est un avatar vide, muet et détaché des personnages en jeu. Les alliés parleront pour eux-mêmes tout le temps, et tandis que les objets de collection approfondissent leur arrière-plan narratif, ils se révéleront assez fades.



Omensight : le renard était plus intelligent | Revoir

Omensight, dans ses sept heures de jeu environ, n'a jamais eu de scintillement qui puisse vous faire dire "ce n'est pas le meilleur, mais...". Le nouveau travail de Spearhead Games aurait pu être l'occasion de s'appuyer sur des histoires (dont nous avons parlé dans notre spécial) et de faire un saut qualitatif, mais les créateurs ont glissé en cours de route.

Peu d'idées et pas du tout incisive : Omensight est médiocre dans le sens le plus négatif possible.

6.3 Potentiel gaspillé

Points en faveur

  • Aucun

Points contre

  • Artistiquement nul
  • Problème de caméra
  • Répétitif
ajouter un commentaire de Revue Omensight : un mauvais présage
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.