Musique et jeux vidéo : Josh Mancell

Qui suis-je
Steven L. Ken
@stevenlken
Auteur et références

Bongos, marimbas et plus : parlons aujourd'hui de l'homme derrière la musique de plusieurs des premiers jeux vidéo de Naughty Dog, Josh Mancell

Bon retour à Musique et jeux vidéo, notre chronique habituelle dans laquelle nous traitons les artistes derrière notre médium de prédilection : et après avoir exploité Michele "Caparezza" Salvemini en précurseur, le ping pong continu entre est et ouest nous amène à notre deuxième compositeur occidental, Josh Mancell. Comparé à Akira Yamaoka, Koji Kondo, David Wise et Yoko Shimomura, le nom ne vous dit peut-être pas grand-chose, mais si vous devez votre passion pour Sony (ou les jeux de plateforme) à un marsupial orange et vous avez adoré la musique de l'apogée de Naughty Dog, le mérite revient à cet artiste.



La plage des folies

Josh Mancell a démontré une passion pour la musique pendant son enfance avant que les jeux vidéo n'aient le leur. Né sur Novembre 13 1969 à Ann Arbor, Michigan, comme un enfant Mancell a appris à jouer du piano, des percussions et de la guitare. Déjà très jeune, l'auteur était "un collectionneur passionné de vinyles". Exposition aux sons pour plus generi différent, à la fois derrière et devant les instruments, fait de lui un expert du punk rock, du jazz, de la musique plus orchestrale et même des chansons d'orchestre.

Il n'est d'ailleurs pas surprenant que des professeurs d'université l'aient encouragé à déménager Los Angeles, dans le but d'écrire de la musique pour le cinéma et la télévision. Il l'a fait avec le film culte Bongwater en 1997, dans laquelle Luke Wilson (Idiocracy) et Jack Black (L'amour au premier oubli, Tenacious D et le destin du rock) font une de leurs premières apparitions. Même la série animée Clifford, que nous avons diffusé sur Rai Due (et, en rediffusion, sur Rai Yo Yo), a été mis en musique par lui. Mais, si nous ne nous trompons pas, vous êtes ici pour une autre bête vermillon, n'est-ce pas ?



Professeur de musique - Musique et jeux vidéo : Josh Mancell

Avant de parler du travail de Josh Mancell dans les jeux vidéo, nous devons passer (jeu de mots non voulu) à une toute autre musique. En fait, on en profite pour parler d'un musicien prolifique, Mark Mothersbaugh, surtout connu pour avoir créé le groupe Je dois. Au-delà de cet énorme crédit pour avoir contribué à une vague considérable de musique new wave dans les années XNUMX, Mothersbaugh a également composé pour de nombreuses séries télévisées (Razmoket) et pour plusieurs films, principalement ceux de Wes Anderson (Les Tenenbaums, Les Aventures Aquatiques de Steve Zissou) et de Phil Lord et Chris Miller (Le film Lego, Mitchells contre les machines), ainsi que Thor : Ragnarok.

En plus de ce pedigree impressionnant, Mothersbaugh a également produit des chansons de Josh Mancell pour le marché des jeux avec la maison de disques. Mutato Musique, où « Mutato » est un croisement entre mutant (mutant, du surnom de Devo auquel leur camée dans Futurama fait référence) et tomate (tomate, surnom de leurs fans). Vous vous souvenez peut-être de ce nom dans le générique, imprimé strictement en blanc, qui a suivi les affrontements avec l'un des boss finaux les plus emblématiques de l'ère PS1 : le Dr Neo Periwinkle Cortex.

"Comme Crash, j'aime casser les boîtes" - Musique et jeux vidéo : Josh Mancell

Nous avons fait allusion à la musique de Josh Mancell dans notre première spéciale sur crash Bandicoot consacré aux curiosités sur la première trilogie de cette célèbre saga de jeux vidéo. Il n'y a guère de choses sur lesquelles nous pouvons nous répéter. Certes, Mancell avait composé sa première bande originale de jeu vidéo l'année précédente avec Johnny Mnemonic, une aventure informatique interactive produite ironiquement par Sony lui-même. De toute évidence, le géant japonais (ainsi que Mothersbaugh) savait qu'il avait trouvé un bon cheval sur lequel parier, lançant l'auteur pour les débuts de l'un des héros les plus aimés de la plate-forme.



Tout comme David Wise, Mancell visait avec le premier Crash Bandicoot (1996) vers un son plus axé sur créer une atmosphère quoi d'autre. C'est précisément pour cette raison, comme nous le disions dans le spécial précité, que la sortie du jeu au Japon a nécessité pour Koala Kong, Pinstripe Potoroo, Nitrus Brio et Neo Cortex les chansons les plus "jeux vidéo", que l'artiste a rapidement composées pour l'occasion. Le reste de la bande originale est cependant resté inchangé, conservant la vision artistique du projet original : un titre qui, bien que pâle par rapport aux suites, pour l'année de sortie reste vraiment ambitieux.

Bad Notes - Musique et jeux vidéo : Josh Mancell

Si vous avez vu la vidéo en anglais incluse dans notre article sur les anecdotes des premiers jeux vidéo Crash Bandicoot, comme vous l'avez peut-être imaginé avec tant d'emphase sur les graphismes du premier chapitre, l'espace pour la musique de Josh Mancell était très petit. Non pas que l'artiste ait jamais trouvé le minimalisme: Les chansons de Johnny Mnemonic étaient de courtes boucles entre l'une des scènes d'action pré-temps et la suivante. Cependant, avec l'accent mis sur les graphismes pour lesquels le fabricant de consoles est toujours connu aujourd'hui, Mancell a juste dû se contenter de ce qu'il avait. Naughty Dog a sauvé ses outils dans le police sonore du jeu, et un MIDI les jouerait.

I Droits de la bande originale, pour les curieux, appartiennent toujours à Mark et Josh. Bien que l'autorisation des autres parties concernées soit également requise pour sa publication, ces dernières l'ont récemment téléchargée sur leur profil. soundcloud les versions décompressées des chansons, avec une acoustique moins étouffée pour chacun des instruments. À l'époque, il était impensable de pouvoir jouer avec ces versions, mais aujourd'hui, vous pouvez vous faire une idée de ce à quoi elles auraient ressemblé sur YouTube "mélange pré-console ».



Be Stupid - Musique et jeux vidéo : Josh Mancell

Malgré les limitations, de toute la musique composée pour les jeux vidéo dans la trilogie originale, Josh Mancell trouve toujours le "mambo dello zoticone« Une de ses chansons préférées. Il l'appelle ainsi dans l'interview écrite par KeijiDragon (à son tour propriétaire d'une chaîne YouTube incluant la musique de Mancell) sur le fansite de Crash Mania, mais en réalité c'est la chanson qui accompagne les niveaux Hog Wild et Whole Hog dans le tout premier Crash Bandicoot . Selon la même interview, une autre de ses compositions préférées est la Thème Dingodile da Crash Bandicoot 3: Warped.

Avec les patrons en particulier, Mancell s'est livré à la évoluer leurs thèmes musicaux. Il suffit de penser, par exemple, au thème Cortex, qui ajoute de la viande au feu à l'occasion de la bataille finale de Crash 2 puis revient dans le troisième chapitre en combinant les deux versions précédentes. L'autre modus operandi de Mancell est de ne changer que l'instrumentation, et dans la version de Tiny vue dans l'arène romaine de Crash 3, le résultat est d'un grand impact. Malgré son style personnel, l'influence Devo est toujours présente. Il suffit de penser à la parodie "più Devo dei Devo" de "Weird Al" Yankovic, Osez être stupide, dont le rythme est identique à la musique des niveaux Pistonnez-le loin e Espacées.

Toujours la garce habituelle - Musique & jeux vidéo : Josh Mancell

Après que Steve Duckworth ait repris la musique du premier Crash indépendant de Naughty Dog, Coup de foudre, Josh Mancell est plutôt resté avec l'équipe de développement pour travailler sur le « Projet Y », qui s'est avéré plus tard être l'un des jeux vidéo les plus réussis de Sony. Nous faisons allusion, sans surprise, à Jak & Daxter, dans lequel au moins dans les étapes initiales Mancell est resté ancré aux mêmes limitations que toujours : MIDI, MIDI et plus MIDI. Malgré cela, l'équipe de développement faisait pression pour un plus grand sens de l'épopée. Vous pouvez imaginer le frustration du compositeur.

En particulier, c'était Jak II : Renégat donnant à Mancell la plupart des maux de tête : presque tous les plans pour une partition dynamique sont partis en fumée, dans ce qu'il appelle "une manière étrange et limitante" de composer de la musique. Les choses n'ont changé qu'avec le troisième chapitre, dans lequel l'artiste a finalement pu mettre en œuvre chansons complètes dans le jeu. Cela s'est manifestement avéré si libérateur que cela l'a amené à souligner à quel point il s'amusait avec Jak 3. Et dire que, "dans le coffre-fort" comme il dit, il doit encore y avoir une myriade de chansons inédites !

"Je dois" parler d'autres influences - Musique & jeux vidéo : Josh Mancell

Josh Mancell, en dehors de sa carrière d'auteur de musique de jeux vidéo, a participé à diverses collaborations artistiques. Entre 1995 et 1996, il faisait partie du groupe punk rock Les millionnaires, en 1997, il était membre de l'acid jazz and lounge band Uluteka, de 1992 à 2007 du susdit Mutato Muzika, en 1999 du groupe power pop L'ensemble de salle à manger, en 2001 du groupe électronique Les essuie-glaces, de 2006 à 2010 des psychédéliques La Lune à l'étage et, de 2010 à aujourd'hui, du groupe post-punk Explosion de fleurs.

Les influences musicales de Josh Mancell vont d'artistes électroniques tels que Mouse on Mars, A Guy Called Gerald, Aphex Twin, Juan Atkins, Richard H. Kirk et Kraftwerk à des groupes plus célèbres tels que Pink Floyd. Les « éléments rythmiques intéressants » sont l'attraction principale des sources pour Mancell, car ce sont des inspirations « mélodieusement simples, mais aussi assez inattendues ». Le tourbillon d'influences dans le style de Mancell est donc tout simplement impressionnant. Mancell, comme Wise et (nous en reparlerons plus tard) Stewart Copeland, il jouait occasionnellement les titres en avant-première pour ensuite commencer à composer.

Le bon environnement

Selon Josh Mancell, la seule directive pour la plupart de sa musique pour les premiers Crash Bandicoots était simplement « la jungle ambiante », ce qui, traduit en termes simples, signifie principalement ambiance et bruitages. Même lui, après avoir cultivé sa passion de manière indépendante pendant des années, ne se serait pas attendu à ce que la franchise devienne ce qu'elle est aujourd'hui. Nous ne saurons peut-être jamais à quoi ressemblent ces «quatre chansons de démonstration jamais utilisées» pour le premier jeu, la musique alternative pour les glaciers du deuxième épisode ou les baies pirates du troisième chapitre.

Tout ce que nous pouvons faire, cependant, c'est remercier Mancell de faire partie d'un riche panthéon de musiciens qui nous ont amenés à fredonner ces airs pendant des années. De notre côté, nous n'avons jamais cessé de siffler les airs de ce garçon du Michigan. On ne l'a pas fait à l'école, rêvant de retourner au plus vite « au Play » sur les notes sobres de Snow Go, et c'est sûr qu'on ne s'arrêtera pas maintenant qu'entre demandes d'emploi et maux de trentenaire, le port de It's About Time sur Nintendo Switch continue d'utiliser la même musique pour Calm and Cool. Merci encore Josh !

A vous maintenant de nous dire le vôtre : que pensez-vous de ce grand artiste ? Faites-nous savoir ci-dessous, et comme toujours, n'oubliez pas de rester sur techigames pour toutes les nouvelles les plus importantes pour les joueurs et plus encore. Pour vos besoins purement gaming, vous pouvez à la place trouver les meilleures remises au format numérique sur Instant Gaming.

ajouter un commentaire de Musique et jeux vidéo : Josh Mancell
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.