Critique de Soul Gambler : une aventure RPG uniquement

Mon Serendipiti sur Steam m'a amené à jouer à Soul Gambler, une aventure graphique qui « cite » et « retravaille » le Faust de Goethe

J'informe les lecteurs que cette revue sera divisée en deux parties : dans le premier nous passerons en revue le jeu, dans le second nous parlerons de l'intrigue.

Bonne lecture!

Critique de Soul Gambler : une aventure RPG uniquement

Soul Gambler: antefatto

Joueur d'âme TI met dans la peau de Faust, un homme ordinaire qui vit de nos jours et qui DESTINATION est sur le point de changer pour toujours.



Description du jeu Steam, vous savez comment me donner envie de dépenser beaucoup d'argent sur un simulateur de tarot.

Faust il est l'un des personnages les plus célèbres de toute la littérature allemande et mondiale. Il est le protagoniste du poème dramatique homonyme, Faust, écrit en 1908 par Goethe. Le poème raconte Faust, un médecin ennuyé par sa vie humaine, et convaincu par sa méfiance dans les connaissances scientifiques, utilise la magie pour moderniser son existence et vend son âme à Méphistophélès, le diable. Plus tard il parcourra le monde entre plaisir et beauté, et à la fin du récit nous verrons la rédemption de Faust devant Dieu.

"Mais Simone, pourquoi t'ennuies-tu avec ces intello littéraire ? "

Pourquoi imaginer jouer une aventure graphique en tant que roman graphique interactif, qui traite d'une histoire qui revisite Faust de façon moderne, m'a galvanisé et pas que peu.

Et surtout, à la fin du jeu, un peu déçu. Et je n'ai pas changé mon FATE non plus.

Décortiquons l'HUMANAE NATURAE de cet "hommage littéraire"

Joueur d'âme est un jeu développé en 2013 par m.gaia, une équipe brésilienne, à travers une campagne de financement participatif sur Kickstarter. Sur la page Web, le projet s'appelait : Soul Gambler – aventure RPG en solo. Parlons donc d'une aventure graphique avec une composante RPG qui développe une intrigue entre ésotérisme, Goethe, anime, diable et...



Le style graphique de ce jeu a changé au fil du temps et, heureusement, il est passé d'une simple infographie à une bande dessinée interactive. Mais ceci est une critique et non un épisode de merde kickstarter, alors plus de bavardage et c'est parti !

m.gaia, à quoi ressemblera votre aventure RPG solo ?

Comme nous l'avons dit, dans Joueur d'âme le gameplay est pratiquement identique à celui de n'importe qui roman visuel: lire, choisir, lire, choisir, etc. mais il y en a aussi un agréable Composant RPG: au début du jeu nous attribuerons divers points de compétence à Faust (pour choisir entre force physique, charisme, intelligence et plaisir envers les autres personnages), déterminant ainsi l'issue de certains choix et en général le développement du jeu. Malheureusement, les choix finaux sont dans une seule ruelle : en fait, l'histoire a une seule situation finale. C'est vrai, les conditions changent un peu, mais en conclusion après le premier run vous aurez l'impression que la fin est plus ou moins la même.

Ne vous attendez pas à une variété qui sait quelle: cinq finales et c'est parti, et la durée d'un match s'installe autour d'une heure.

Ai-je mentionné qu'il ne s'agit pas d'un hommage littéraire ? Seules les réactions de Grrr ici

Critique de Soul Gambler : une aventure RPG uniquement

Une bande dessinée interactive

Le secteur visuel du titre est excellent : les décors où se déroulent les dialogues du jeu ils sont tous bien conçus et accrocheurs. Très sympa l'idée de faire chaque choix de Faust à travers un dessin animé avec un dialogue à l'intérieur et l'expression qu'il doit avoir (neutre, effrayé, intéressé).


Il conception de personnages c'est mignon, ainsi que leur caractérisation qui parvient à décrire des personnalités distinctes et intéressantes à leur manière, même si elle est plate. Au final, compte tenu de la courte durée du titre, il y a assez d'arrière-plans et les personnages sont plutôt bien vidés, mais il sera difficile de s'y attacher. Au moins le protagoniste est le classique « Je n'ai pas de personnalité mais je la construis de choix en choix », cependant il n'a pas de charisme et cela signifie que c'est à nous de le caractériser.


aussi l'accompagnement musical est pas mal. Rien d'épique, mais la musique est tout à fait appropriée et fonctionnelle : une fois, je me suis même un peu énervé lorsqu'une chanson angoissante a commencé. Le seul défaut est qu'il y a presque toujours des sauts entre le moment où la chanson se termine et le moment où elle recommence. Ce n'est pas trop ennuyeux, mais cela aurait pu être évité.

Aimez-vous lire? Pour moi aussi, mais comme c'est beau la fonction de sauter quelques dialogues qui ont déjà été lus ? Bien, ici c'est absent et c'est vraiment embêtant. À ce stade, on se demande comment les choses se seraient passées avec une aventure de dix heures avec vingt fins différentes… la peur hein ?

Celui qui veut trop d'intrigue ne serre rien

Dans les trois chapitres dans lesquels se déroule l'intrigue Soul Gambler présente des rebondissements, des changements soudains dans les personnages, des réactions humaines (mais pas trop), des personnages inutiles qui apparaissent et prennent des décisions drastiques avec des prétextes un peu trop triviaux et parfois inexistants, comme dans l'intrigue secondaire de l'ami de Faust. Oh, au fait : il y en a sous-parcelles. Dans une heure.


Le jeu commence avec Faust qui se retrouve à faire (que cela vous plaise ou non) un patto avec une sorcière, dans laquelle nous vendons notre âme et nous pouvons la dépenser (nous partons de 100%) pour obtenir des avantages à certaines occasions. Le début de l'histoire est tranquille, même si on fait quelques envolées fantaisistes : on passe de la vie ennuyeuse de Faust (avoir un boulot ordinaire et être célibataire, c'est avoir une vie ennuyeuse ?) aux gitans qui lisent l'avenir, aux pactes avec le diable, aux esprits qui déforment la réalité, aux meurtres, suicides, relations sexuelles entre hommes et esprits, relations sexuelles avec l'âme sœur, relations sexuelles avec des mamies, détention en prison, mystères historiques, etc., etc.


Soul Gamblinception

Dans tous les cas, il ne faut pas être trop strict, l'intrigue a sa propre signification et parvient même à attraper un peu. De plus, il y a des choix qui obscurcissent des morceaux de l'intrigue, donc lorsque vous la rejouez, vous avez en fait l'impression que vous dirigez le cours de l'histoire. 

Malgré cela, j'ai un mauvais goût dans la bouche pour le fait que tout le contenu narratif s'épuise si tôt et n'ont pas le temps de saisir les raisons des rebondissements. Il est vrai que dans la dernière partie du jeu tout est expliqué (plus ou moins), mais en cours de jeu cette faille ne permet pas de faire corps avec l'histoire et on se retrouve trop éloigné d'elle.

D'après la bande-annonce du jeu, il semble que vous deviez participer activement à divers aspects de la vie du protagoniste, en avançant dans un scénario construit par vous, choix après choix. Mais non, toute l'histoire n'est qu'une intrigue secondaire de l'histoire principale dont le protagoniste est la sorcière, l'antagoniste du jeu. Oui il arrive que la sensation de dépaysement qui en découle n'est pas agréable, au contraire. Et puis cet artifice narratif n'est même pas voulu.

Sans être professorini, les scénaristes de cette histoire ont voulu en faire une citation à Boris.

Soul Gambler : les conclusions

Il ne s'agit pas d'un titre qui aspirait à rester dans l'histoire du jeu vidéo, plus qu'autre chose d'un précurseur pour m.gaia. La façon dont la campagne Kickstarter de Soul Gambler a été menée (qui a permis de récolter juste le nécessaire pour le développement, un peu plus de 5000 XNUMX $) et la bande-annonce du jeu, sans parler du jeu lui-même, révèlent l'ingéniosité d'une équipe de développement qui aurait aimé émerger et être connu des joueurs du monde entier.

Compte tenu de tout cela, on comprend comment Goethe était dans le trailer, mais contrairement à la page Kickstarter il n'était pas précisé que le roman ne sert que d'inspiration pour ce titre. Dès les premiers dialogues on comprend que le jeu n'est pas un hommage littéraire et peut-être aurait-il mieux valu le rendre plus explicite. Peut-être que je suis un peu trop pointilleux ici, mais c'était un peu un revers de voir à quel point le scénario du jeu retrace peu le roman : vraiment, les similitudes s'arrêtent à "Faust vend l'âme". Et à une sorcière au fait, pas au diable. 

Des conclusions, pas des sermons

Joueur d'âme est un jeu de pause, pour ceux qui veulent essayer un nouveau jeu mais qui ont peu de temps pour jouer et qui veulent quelque chose pour se désengager. Au final, le jeu plein tarif coûte de l'argent 2,99€ su Vapeur. Économisez trois cafés au bar et partez.

L'intrigue est intéressante à sa manière et les personnages sont sensés et justes. Il y a des erreurs d'écriture et de script, mais les mille maux ne vous feront pas mépriser l'intrigue ésotérique et particulière de ce titre. La composante RPG est agréable et prolonge un peu la longévité globale du titre. La musique et la réalisation technique sont très agréables et le jeu lui-même parvient à divertir, même si vous oublierez probablement son existence en peu de temps. Ne t'inquiète pas Goethe, tu es toujours dans nos cœurs.

En un mot : il y a du sexe, mais dans le nu vous ne verrez que l'âme de Faust sans attributs.  

....

J'ai pensé à l'intrigue : si vous en parlez trop, votre partie durera une minute. Je ne veux pas vendre mon âme au dieu spoiler, tellement flasque !

6.3 Un jeu de pause

Points en faveur

  • Terrain intéressant
  • Composant RPG
  • Bonne musique et dessins

Points contre

  • Trop court
  • Une narration trop rapide
  • Confusion
  • Goethe est mentionné mais n'apparaît pas du tout
ajouter un commentaire de Critique de Soul Gambler : une aventure RPG uniquement
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.